31 millions d’euros pour rénover une quarantaine de blindés devenus ensuite inutilisables

Temps de lecture : 2 minutes
0
(0)

Coup dur pour le Belgique et pour son armée qui dépense 31 millions d’euros pour rénover une quarantaine de blindés… et les rend en totalement inutilisables

L’armée belge a envoyé en réparation 44 blindés de type Pandur. Cependant, la totalité de ces véhicules sont revenus inutilisables.

Une histoire Belge

Cela faisait bien longtemps que l’on avait plus entendu une histoire belge aussi drôle et cocasse.

L’armée belge a envoyé en réparation 44 blindés de type Pandur, achetés en 1996 et utilisés essentiellement pour le commandement, le service médical ou la reconnaissance.

Ils devaient être rénovés et adaptés par le constructeur suisse Mowag qui avait pour mission de faire des modifications importantes comme ajouter un fond blindé et une nouvelle climatisation pour pouvoir permettre aux forces d’opérer au Moyen-Orient. Mais au final, ces 44 véhicules reviendront inutilisables.


Pas de gaspillage de matériel

Le problème principal réside alors dans le fait que ce nouveau blindage a rendu l’habitacle des chars beaucoup trop exigus ! En effet, il devient alors impossible d’y rentrer si vous êtes un pilote mesurant plus de 1m70. Aucun soldat ne peut alors rester à bord dans une situation inconfortable. L’usage du véhicule devient même dangeureux, présentant « un risque très élevé à l’usage » selon une note de la Défense belge.

Mais ce n’est pas tout puisqu’à cela s’ajoutent des problèmes de direction et de freins. Ceux-ci ne fonctionnent pas correctement et les véhicules déjà sortis de l’usine ont alors été tout simplement recalés.

Le ministre de la défense Philippe Goffin assurera alors à RTL.be : « On ne va pas les jeter à la poubelle ! J’ai pris contact avec l’Etat-major. Cet après-midi il y aura un briefing complet et détaillé sur l’explication de ces aménagements. Les soldats qui devront rentrer dans ces véhicules devront avoir un gabarit un peu particulier : pas plus d’un mètre septante. Je note quand même qu’il y a d’autres engins de l’armée qui requièrent des gabarits particuliers ».

Si les chars auraient dû être utilisés au Mali dès 2021, il existe aujourd’hui de grandes chances pour qu’il risquent de devoir refaire un passage du côté de l’usine…

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez-ici pour la noter !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire