Donald Trump invoque «Autant en emporte le vent» après s’être emporté contre l’oscar décerné à «Parasite»

Donald Trump en rage de voir Parasite remporter un Oscar...
Temps de lecture : 2 minutes
0
(0)

On peut dire que les Oscars 2020 ont profondément déçu Donald Trump. Alors qu’il était jeudi 20 février, en plein meeting dans le Colorado, le président s’est en effet soudainement attaqué au film “Parasite” de Bong Joon-ho




Est-ce le fait de voir défiler des pigeons déguisés en Trump à Las Vegas qui a mis le président des États-Unis de si mauvaise humeur cette semaine ?
En tous cas,  j’ai lu une nouvelle sur Liberation qui m’a plutôt fait sourire.
Donald Trump est en colère de voir que le film « Parasite » ait l’Oscar du meilleur film et n’en revient toujours pas qu’un film étranger ait pu décrocher l’Oscar.

Donald Trump n’a pas vu Parasite

Et pourtant, on dirait qu’il sait de quoi il parle quand il évoque Parasite de Bong Joon-ho, oscar du meilleur film cette année.

Beaucoup de personnes se demandent s’il n’aurait pas mieux fait de garder son opinion pour lui.
Mais beaucoup savent aussi qu’il n’en est pas toujours capable, et il a fallu donc que le président américain s’emporte contre cette récompense, en plein milieu d’un meeting de campagne dans le Colorado jeudi soir :

«On a assez de problèmes de commerce avec la Corée du Sud. Et par-dessus le marché, ils leur donnent le prix du meilleur film de l’année. Est-ce qu’il est bon ? Je ne sais pas.»



La guerre des mondes

De toute évidence il est insupportable aux yeux du président américain de voir un film non-blanc remporter l’oscar.
Mais encore plus loufoque, il en a appelé au retour d’Autant en emporte le vent.
Un film qui est, je tiens à le rappeler, un grand classique américain multi-oscarisé en 1939, mais qui incarne surtout l’esprit ségrégationniste de son temps.

Ce qui incitera à Neon, le distributeur américain du film, a réagir très rapidement avec ironie en vannant Donald Trump.

Il adressera au Président un message sur le fait qu’il est normal qu’il n’ait pas pu voir le film, puisqu’il «ne sait pas lire». Sous-entendu ici que les sous-titres du film étaient en coréen.

Liberation ne manquera pas d’ajouter sur son article :

« Disons-le pourtant : ici, on payerait cher pour assister à une projection du film avec Donald Trump et contempler ses mimiques devant cette œuvre brillante sur les rapports de classe, qui évoque aussi le colonialisme. »

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez-ici pour la noter !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire