Elle manque de se faire enlever en tombant dans un piège avec la complicité d’un enfant

Image par PublicDomainPictures de Pixabay
Temps de lecture : 4 minutes
3.7
(3)

Une jeune femme a été victime d’une tentative d’enlèvement à Liège, en Belgique, en étant piégée par un adolescent

Nous sous-estimons toujours le pouvoir des réseaux sociaux. Et pourtant, ceux-ci sont très utile pour alerter une population sur un danger. Si vous êtes du côté de Liège, vous devriez partager cet article !

Tentative de kidnapping sur Liège

C’est une histoire qu’il faut absolument relayer cette semaine et dans les semaines à venir, surtout si vous habitez du côté de Liège en Belgique. Une jeune Liégeoise, qui pense avoir évité de justesse d’être enlevée lundi 20 janvier, raconte son histoire que nous avons trouvé sur le site 7sur7.be.
Cette dernière souhaite, au travers de son témoignage, mettre en garde les jeunes filles qui pourraient tomber dans le piège qu’on lui a tendu ce début de semaine.
Nous vous invitons donc vraiment à partager cet article pour l’y aider.

Un lundi qui restera gravé dans la mémoire

Commencer la semaine en échappant à une tentative de kidnapping est quelque chose qui doit marquer une vie à tout jamais.

Nous sommes lundi et elle rentre du travail, à pied comme à son habitude. Là, elle aperçoit un tout jeune ado d’environ 14 ans qui a l’air perdu…un peu comme tous les ados quoi…
Pour les besoin de notre article, nous décidons d’appeler cette jeune fille Sandra.

Elle expliquera alors :

“On était dans le milieu d’après-midi lorsque le petit m’interpelle pour me demander le chemin pour rejoindre les Guillemins. À ce moment-là, on était du côté de Burenville et c’était un peu compliqué de lui donner une seule indication, puisque plusieurs itinéraires mènent à la gare”.

Il lui fait très certainement le regard triste du chat dans Shrek et la voilà qui se retrouve peinée pour lui.
Il lui explique que personne ne peut venir le chercher.

Sandra tente alors de demander de l’aide à sa mère qui possède une voiture, puis à ses amis, mais personne ne peut l’aider à venir faire le taxi pour le jeune adolescent inconnu de 14 ans.

Elle ira même jusqu’à appeler les services de taxi :

“On m’a dit qu’aucun taxi n’était libre. J’étais pourtant prête à lui payer la course. J’ai donc décidé de l’accompagner moi-même à pied.”

Ils se décident à marcher et là…

Ils font alors la route ensemble et Sandra se montre curieuse en lui posant des questions.
Bon, jusqu’ici, rien de bien extraordinaire pour une femme que d’avoir des réflexes d’enquêtrice…

Elle apprend qu’il est apparemment scolarisé dans une école dans le coin. Du style de ces écoles dans lesquelles on n’ apporte pas des obus de la Première Guerre mondiale quoi…

Elle ne s’inquiétera pas plus que ça de le voir assez évasif et fuyant.
Elle l’imagine peut-être un peu trop timide. Mais la suite va prendre alors une tout autre tournure…

“Sur le chemin, alors que j’indiquais au petit qu’on apercevait déjà la Tour des Finances, le garçon est devenu tout rouge. Il avait l’air mal à l’aise, pas bien et un peu stressé. Je lui ai demandé ce qu’il se passait et il a hésité à me répondre avant de dire que je pouvais partir. Je ne comprenais pas pourquoi. J’ai insisté pour savoir”…

Sinok dans le film « Les Goonies »

Et là c’est la douche glacée pour Sandra  :

“Là, il me dit qu’un homme m’attendait au bout de la route et qu’il lui avait donné pour mission d’accompagner une fille pour qu’il l’enlève.”

Prise de panique et se voyant déjà en train manger de la pâtée dégueulasse pour chien dans une cave humide, attachée avec un collier à devoir faire semblant d’aboyer pour un serial-killer avec la tronche de Sinok qui lui cri dans les oreilles « Mange fifille ! Mange ! », elle fait demi-tour sans même adresser un dernier regard en arrière.

Le premier geste qu’elle fera une fois arrivée chez elle sera d’appeler sa petite sœur :

“Ça a été mon premier réflexe, parce qu’elle emprunte tous les jours ce chemin-là et j’avais peur pour elle.”



Aucun autre cas similaire pour le moment…

Elle expliquera ensuite avoir passé une nuit d’angoisse (tu m’étonnes Sandra !) et n’avoir dormi que 3 heures.

Comme elle n’est pas française, elle n’a pas pris de journée maladie pour se remettre de ses émotions et a passé quand même une journée du lendemain plutôt sur les nerfs au travail.
Pour rester poli et ne pas dire « une journée de merde » quoi…

Certainement influencée par ses copines de bureau, elle ira quand même le mardi à la police pour apporter son témoignage sur cette tentative de kidnapping.

“J’avais une boule dans le ventre, je ne voulais pas y aller seule.
J’ai peur d’être devenue un peu paranoïaque.
Ma mère m’y a emmenée. Après avoir fait sa déclaration, la police m’a expliqué qu’ils allaient retracer le parcours du garçon grâce aux vidéos des caméras de surveillance”.

Là-bas, les forces de l’ordre lui assurent que le dossier était entre les mains du parquet de Liège qui expliquera qu’aucun autre cas similaire ne leur a été rapporté.
Elle est donc peut-être la première, dans le meilleurs des cas…

En attendant, Sandra n’est pas près de se faire avoir une seconde fois par un inconnu qui a perdu son chemin…enfin on espère pour elle…

Sources informations : 7sur7.be

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez-ici pour la noter !

1 Comment

Laisser un commentaire