Évasion au Paraguay d’une centaine de prisonniers dangereux grâce à un tunnel

Photo : chaîne ABC du Paraguay
Temps de lecture : 2 minutes
0
(0)

Grosse boulette au Paraguay avec l’évasion d’une centaine de prisonniers, dont la plupart sont membres de la plus importante bande de trafiquants d’armes et de drogue du Brésil

Les prisonniers se sont évadés ce dimanche 19 janvier d’une prison au Paraguay par un tunnel qui aurait été apparemment creusé avec la complicité des gardiens selon les autorités.

La grande évasion de Pedro Juan Caballero

Ce ne sont donc pas moins d’une centaine de prisonniers paraguayens et brésiliens, en majorité membres de l’organisation Primer Comando de la Capital (PCC) qui sont à l’origine d’une évasion digne d’un grand film à suspense.

C’est la commissaire Elena Andrada, porte-parole de la police, qui aura la lourde tâche d’annoncer la nouvelle :

« L’évasion de la prison de Pedro Juan Caballero, située à la frontière avec le Brésil, a eu lieu dimanche matin par un tunnel creusé par les détenus.
Ils ont aménagé un tunnel comme on peut en voir dans les films, avec un éclairage intérieur, à partir de sanitaires de la prison. Il n’y a que 25 mètres entre le tunnel et la guérite du gardien la plus proche. »

De son côté Cecilia Perez, la ministre de la Justice, estime, dans des déclarations à la presse à propos de ce tunnel :

« C’est un travail de plusieurs semaines. Il est évident que le personnel savait et n’a rien fait. »

De nombreuses arrestations au sein de la prison

On apprend des autorités que le directeur de l’établissement pénitentiaire a été destitué de ses fonctions et qu’une dizaine de gardiens ont été arrêtés.

Cecilia Perez ajoutera à cette occasion :

« Il y a une forte suspicion que les fonctionnaires travaillant à la prison ont été impliqués dans un système de corruption. »



Des prisonniers dangereux dans le lot

Les fugitifs sont estimés au nombre de 92 à ce jour et sont considérés comme « extrêmement dangereux ».

Il faut dire que des hommes qui avaient participé à un massacre entre bandes rivales à la prison de San Pedro le 16 juin 2019 figurent parmi ce groupe d’évadés.

Un carnage au cours duquel dix prisonniers furent quand même décapités !

On retrouvera très vite cinq camionnettes à bord desquelles ont fui une partie des évadés.
Elles ont été incendiées à Ponta Pora, du côté brésilien de la zone frontalière.

Qu’est-ce qu’il en pense Grumpy Séraphin ? (c) Adipson

Illustration : Grumpy Séraphin par Adipson

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez-ici pour la noter !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire