Il prétend avoir le coronavirus et oblige son avion et ses 243 passagers à faire demi-tour

Temps de lecture : 2 minutes
0
(0)

Un avion de la compagnie canadienne Westjet en direction de la Jamaïque a dû faire demi-tour à mi-chemin après la très mauvaise et douteuse blague d’un passager…

Il fallait bien s’attendre à ce que quelqu’un s’amuse un peu de cette situation tragique, au détriment des malades, mais aussi de tout le reste de la population inquiète et soucieuse de ne pas le devenir.

Le vol de Westjet pour Montego Bay rebrousse chemin

Mais que peut-il se passer parfois dans la tête de certains ?
En tous cas, ce sont les passagers d’un avion de la compagnie canadienne Westjet, qui se rendait en fait en Jamaïque, qui ont dû faire les frais d’un drôle de zèbre.

L’avion a été obligé de faire demi-tour à mi-chemin après la mauvaise blague d’un passager, âgé de 29 ans, qui affirmera avoir contracté le nouveau coronavirus.

En direction pour Montego Bay en Jamaïque, l’avion a dû tout simplement rebrousser chemin vers Toronto.
Morgan Bell, porte-parole de Westjet expliquera auprès de l’AFP que ce revirement était dû à la présence dans l’avion d’un « passager turbulent ».


Tournée générale de frustration dans l’avion

J’imagine assez bien l’ambiance qui devait régner dans l’avion qui transportait 243 passagers, deux heures après son décollage, lorsque le type s’est levé pour annoncer qu’il avait récemment séjourné en Chine.

Il n’oubliera pas de préciser qu’il avait contracté le nouveau coronavirus, déclenchant un vent de panique au sein des membres de l’équipage qui lui offriront un masque et des gants, et un aller simple à l’arrière de l’avion.

À cette occasion, la porte-parole de Westjet expliquera :

« Par mesure de précaution, notre équipage a suivi tous les protocoles relatifs aux maladies infectieuses à bord, y compris l’isolement d’un individu qui a fait une affirmation infondée au sujet du coronavirus ».

L’homme a ensuite été interpellé à sa descente de l’avion et comparaîtra devant un tribunal le 9 mars prochain, selon Radio Canada.

Des passagers bouleversés

Les passagers n’ont pas vraiment apprécié la blague et il faut bien avouer que si j’avais été parmi eux, je ne l’aurai pas non plus validé, ayant pourtant une largesse et une ouverture d’esprit aussi large que mon gros cul d’ours…

Une des passagères alors interrogée par la chaîne CBC, témoignera :

« J’imagine que le gars pensait que c’était une blague marrante, mais c’était vraiment bizarre. Nous étions tous vraiment frustrés, déplacer 240 personnes… C’est juste tellement égoïste ».

Alors qu’une autre, qui voyageait avec sa petite famille, déplorera :

« On a perdu un jour de vacances »

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez-ici pour la noter !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire