La tique à pattes rayées, l’ Hyalomma marginatum, débarque dans le sud de la France

Temps de lecture : 2 minutes

Alors qu’elle est traquée par les chercheurs depuis 2015, la tique « Hyalomma marginatum », qui peut transmettre un virus responsable d’une fièvre hémorragique, a progressé dans les zones méditerranéennes



Une tique qui attaque la France

C’est sur un article publié dans la section sciences du Monde que nous découvrons en fait l’existence de cette créature qui se distingue par ses pattes rayées de jaune et de rouge.

On apprend alors que les travaux d’une équipe du Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement), basée à Montpellier, révèlent que cette Hyalomma marginatum (nom latin), étend son territoire dans le sud de la France.

Une fois gorgée de sang, la bestiole peut facilement impressionner…Imaginez par exemple qu’après une semaine de festin, elle enfle tellement qu’elle peut atteindre deux centimètres. Une vraie baudruche d’où émergent un rostre minuscule et huit longues patte et qui peut donc pèser jusqu’à soixante fois la masse de la femelle à jeun.
Enfin, sachez que cette tique très spéciale est deux fois plus grosse que la Ixodes ricinus, sa cousine la plus commune en France que vous retrouvez parfois sur vos animaux de compagnie.


Une présence en France

Frédéric Stachurski, vétérinaire spécialiste de cet acarien au Cirad, explique dans l’article du monde :

La première tique à pattes rayée que j’ai vue en France, c’est sur mon mollet ! C’était en mai 2014, lors d’une balade à vingt kilomètres au nord de Montpellier. Le Cirad, qui traque cette espèce depuis 2015 a observé sa progression dans les régions méditerranéennes qui lui sont favorables : les garrigues et les collines sèches.

Il est donc intéressant de relever que cette espèce est aujourd’hui présente dans l’Aude, mais aussi dans les Pyrénées-Orientales,le Gard, les Bouches-du-Rhône et enfin le Var.

Il est également important de souligner qu’elle a même été repérée dans le sud de l’Ardèche en 2019.
Frédéric Stachurski explique alors à cette occasion :

C’est une tique invasive du fait du changement climatique. Mais elle reste inféodée au climat méditerranéen. Dans un climat plus humide, on pense qu’elle n’arrive pas à s’installer .

Faites donc très attentions à ces petites bestioles en cette période de déconfinement.

  • Source informations : Le Monde
  • Photo :  Hyalomma marginatum. FREDERIC STACHURSKI /CIRAD

Laisser un commentaire