[LOL] Un chat assassine sa maîtresse à cause du confinement lié au Covid 19

Temps de lecture : 3 minutes

Pomponette n’a pas supporté la présence de sa maitresse 24 heures sur 24 chez elle à cause du confinement. Elle l’a tué pendant son sommeil



Nous le savons tous, nous vivons chez les chats, et non l’inverse. Et c’est un peu ce qui sera à l’origine de ce drame de jeudi matin.

« Po m’a tué »

Pomponette, 2 ans et 5 kg, vient d’assassiner sa maîtresse. Elle n’a certainement pas supporté de la voir chez elle 24 heures sur 24 à cause du confinement lié à la pandémie du Coronavirus.
Nous avons contacté un psychologue pour chat qui, non surpris par ce cas qui n’est pas si anodin pour lui, nous dévoile les secrets de cette étrange et insolite histoire.

Pomponette est une chatte de race Calico. Un animal réputé pour avoir un sacré caractère et ne pas vraiment être avide de tendresse.
Et du caractère, ça on peut dire qu’elle en a !
Ce jeudi 26 mars 2020, 10e jour de confinement de toute la France pour tenter de réduire les risques de propagation du virus COVID 19, la police de Marseille retrouve au petit matin Mireille, allongée dans son lit, livide et la gorge tranchée. Un cou qui affiche des entailles de griffes de félin. Baignant dans son sang comme un sdf dans son vomit après avoir savouré 4 litres de mauvaise jaja un jour de Beaujolais nouveau, la femme aidera cependant la police en laissant un indice important : le message « Po, m’a tué » écrite en lettre de sang sur le mur, juste au dessus de la tête de lit.

Elle découvrira très vite le coupable de ce meurtre sanglant en agitant par hasard, près de la cuisine, un sac de croquettes pour chat.

Pomponette, les pattes encore couvertes de sang séché, se rendra sans résister aux agents de police et aux enquêteurs qui ne tarderons pas à comprendre que Po…est en fait la chatte Pomponette.


Pomponette avant le confinement, si sage et si douce…Mais que s’est-il passé pendant le confinement ?!

Pomponette en avait marre des câlins

Notre psy pour chat nous dévoile sa théorie sur ce meurtre sauvage.

« On retrouve de nombreux cas d’attaques soudaines de chats depuis la mise en place du confinement en France pour lutter contre le Coronavirus. Certains chats jalousent cette option proposée sur la feuille d’autorisation de sortie qui autorise les maitres à quitter le domicile pour sortir les chiens. Mais d’autres, bien plus habitués à vivre leur vie de chat tranquille, ne supportent plus la présence de ces étrangers chez eux. Cette femme qui me donne des croquettes et qui me doit servitude n’a pas a être à plein temps sur mon canapé ! Elle n’a pas à briser cette journée si paisible où la télévision n’est allumée que le soir et non 24 heures sur 24 sur une chaîne d’information qui parle non stop de la propagation du virus.

En confinant les gens qui ont des chats chez eux, le gouvernement n’a pas pris conscience qu’il les mettaient en danger face à ces félins qui ne sont plus habitués à côtoyer l’humain plus de 8 heures par jour en moyenne. »

Elle conclura, en ce qui concerne notre affaire :

« Pomponette fait certainement partie de ces chats qui ne supportaient plus le trop plein de câlins et les trop nombreuses preuves d’affection de sa maîtresse pendant le confinement. Un coup de griffe bien placé sous la gorge aura eue raison de cette pauvre personne qui ne pensais certainement pas à mal en voulant chouchouter son animal pendant de longues heures, oubliant qu’elle avait cependant affaire ici à un chat… »

Un dommage collatéral du coronavirus qui nous rappelle qu’il n’est pas toujours facile de vivre en communauté CHEZ des chats.

_________________

Ceci est un article humoristique/parodique/Satirique
Il raconte une histoire totalement fictive ou inspirée d’un fait réel, destiné à vous détendre dans le cadre de la rubrique Humour de actualite-insolite.com et ne peut donc en aucun cas être considéré comme une source d’information crédible.

Laisser un commentaire