L’Otan se prépare pour une 2e vague du Coronavirus

Temps de lecture : 2 minutes

On vient d’apprendre que l’Otan se prépare actuellement pour une éventuelle seconde vague de la pandémie du Covid 19. Pour se faire, il va très vite constituer des stocks d’équipements et de matériel médical pour l’affronter, selon une annonce de son Secrétaire général le mardi 16 juin 2020




C’est sur le site Ouest-France que nous découvrons cette actualité capitale.
Le journal nous explique que Jens Stoltenberg, le Secrétaire général de l’Otan, a indiqué au cours d’une conférence de presse en vidéoconférence, à la veille d’une réunion des ministres de la Défense de l’Alliance qui aura lieu ce mercredi 17 juin 2020, qu’ils s’attendent à une seconde vague.

Nous nous préparons pour une éventuelle deuxième vague

C’est aujourd’hui, mercredi 17 juin, qu’un plan opérationnel sera soumis aux ministres.
Il s’agit en fait d’un plan qui prévoit de constituer des stocks d’équipements de protection individuelle. Ces stocks seront également constitués  d’autres matériels, afin de pouvoir les distribuer rapidement en cas de besoin.


Prévisions contre une seconde vague éventuelle

Jens Stoltenberg ajoute dans ses déclarations qu’un fonds spécial de plusieurs millions d’euros sera également créé.
Il sera utilisé pour acheter des fournitures médicales, mais aussi pour payer le transport des médecins et des patients en cas de besoin.

Il explique ensuite :

Ces mesures nous permettront d’avoir une réaction plus rapide pour une éventuelle deuxième vague de la pandémie, afin que l’aide essentielle arrive au bon endroit et au bon moment.

Afin d’aider les services de santé à lutter contre la propagation de la pandémie, les forces armées des trente pays de l’Otan ont été mises à contribution. Elles auront pour mission également de traiter les malades dans des hôpitaux de campagne montés pour renforcer les structures hospitalières.

On sait qu’à ce jour, l’Otan a déjà coordonné plus de 350 vols militaires pour acheminer des équipements et transporter des malades évacués vers les hôpitaux d’autres pays.
Une affaire à suivre de très près.

 

 

Laisser un commentaire