Une cinquantaine de citoyens jurassiens souhaitent acheter une forêt

Temps de lecture : 2 minutes

L’initiative d’une cinquantaine de citoyens jurassiens à Arinthod est plutôt insolite puisqu’ils ont pour projet d’acheter une forêt

On peut se lever le matin et se dire « Tiens ! Et si on s’achetait une forêt dans les jours à venir ?! »

Et c’est exactement ce que souhaite faire l’association Forêts alternatives du Jura. Elle se crée ce week-end à Lons-le-Saunier et regroupe une cinquantaine de citoyens du Jura qui ont pour objectif de gérer directement, et surtout de manière plus écologique, quinze hectares de forêt dans le secteur d’Arinthod.

Acheter une forêt pour la bonne cause

Laure Subirana

C’est Laure Subirana, bénévole à France nature environnement et également membre de l’association, qui est en fait à l’origine de cette initiative plutôt insolite et pour le moins originale.

Des particuliers qui achètent leur propre forêt est en fait une première en Franche-Comté et Laure Subirana ne manquera pas de l’expliquer sur radio francebleu :

« En Franche-Comté c’est effectivement une première mais cela existe déjà ailleurs, on s’est notamment inspiré de l’exemple du Morvan. Une forêt nous intéresse particulièrement, mais pour pouvoir l’acheter rapidement nous sommes obligés de passer par le statut associatif. »



Des forêts qui disparaissent au profit de champs d’arbres

Lorsqu’on lui demande pour quelle raison elle souhait d’acheter et surtout gérer elle-même sa propre forêt, elle ne manque toujours pas d’arguments :

« La gestion intensive des forêts est en train de se développer, elles disparaissent au profit de champs d’arbres. On fait des coupes rases, on coupe tout et on replante des résineux généralement. Cela devient de plus en plus le cas dans le Jura. Et, du coup, des forêts anciennes deviennent des plantations. C’est toute la filière bois qui est en train de s’industrialiser, avec pour conséquence la disparition des petites scieries par exemple. Nous souhaitons retrouver des forêts vivantes, déjà pour la nature mais aussi pour la résilience face au changement climatique et enfin pour maintenir les savoir-faire ancestraux d’ébénisterie de menuiserie ou encore de bûcheronnage. »

Il ne reste plus qu’à trouver 50.000 euros

Mais tout cela a bien évidement un coût et pour acheter ces quinze hectares de forêt, dans le secteur d’Arinthod, son association devra trouver au moins 50.000 euros.
Elle a son idée pour tenter de trouver cette forme et l’expliquera à francebleu :

« Oui, l’association va passer par du financement participatif. Toutes les personnes intéressées par l’initiative qui souhaitent rejoindre l’association ou participer à ce financement participatif peuvent envoyer un mail à laurence.subirana@orange.fr« 

Laisser un commentaire