Une étrange découverte sur les dinosaures au Maroc

Temps de lecture : 2 minutes

Voici la petite histoire du Spinosaurus aegyptiacus, découvert en 1912. Alors qu’il a été considéré comme un reptile terrestre jusqu’à présent, des chercheurs ont fait une étrange découverte après avoir examiné un nouveau fossile, identifié en 2015 au Maroc



Le Spinosaurus aegyptiacus – SOurce photo : Wikipedia

Un nouvel examen du Spinosaurus aegyptiacus

C’est sur le site Bladi.net que nous dénichons cette drôle d’information insolite et ludique.

L’examen de ce nouveau fossile révèle en fait que sa queue flexible, qui est similaire à celle du triton, était adaptée à la chasse sous-marine.

Un détail très important qui permet aux scientifiques en charge de cette étude de déduire que ce dinosaure aurait tout naturellement connu une vie aquatique.
Selon The Times, source de cette information, il s’agirait alors ici du seul dinosaure aquatique recensé. Un animal qui n’aurait pas manqué par ailleurs l’occasion de « semer la terreur dans les rivières du Sahara pendant le Crétacé ».


Une étude qui remet des certitudes scientifiques en question

David Unwin, enseignant en paléobiologie à l’université de Leicester au Royaume-Uni, détaillera alors :

En plus de la queue du vertébré, d’autres caractéristiques comme la position élevée des narines, le poids important des os, les jambes courtes et des pattes en forme de palmes, confirment la thèse d’une vie passée dans l’eau plutôt que sur terre.

Une équipe basée à l’université de Harvard a réalisé, suite à cette découverte, une modélisation virtuelle du Spinosaure capable de nager.

Cette étude complète, qui a été publiée dans la revue Nature, reste selon Dr Nizar Ibrahim de l’université de Detroit aux États-Unis un étude qui bouleverse selon lui ce qu’on imaginait des dinosaures :

Cette étude remet en cause l’idée selon laquelle les dinosaures n’ont jamais envahi le milieu aquatique.
Ce dinosaure pourchassait ses proies dans l’eau et ne se contentait pas de les attendre aux endroits peu profonds.

Laisser un commentaire