Une simulation de scientifique a montré que le Coronavirus pouvait tuer 65 millions de personnes…

Temps de lecture : 3 minutes

Il y a 3 mois de cela, des experts en santé ont émis un avertissement inquiétant concernant cette pandémie de coronavirus. Ils effectueront une simulation qui démontre alors que l’épidémie du coronavirus pouvait bien tuer 65 millions de personnes.

Eric Toner est un scientifique du Johns Hopkins Center for Health Security, qui n’a absolument pas été choqué lorsque la nouvelle d’une mystérieuse épidémie de coronavirus à Wuhan, en Chine, a fait surface au début de ce mois de janvier.

Le coronavirus se propage très vite

Ce coronavirus originaire de Wuhan, en Chine, a tué 18 personnes et infecté plus de 630 personnes à ce jour.
Deux cas en France viennent en ce moment même, ce vendredi 24 janvier 2020, d’être déclarés officiellement par le Ministère de la santé.
Le virus a été signalé dans au moins huit autres pays, dont les États-Unis, où un homme à Washington qui a récemment visité la Chine a été confirmé atteint de la maladie.

Mais ce qui nous intéresse le plus dans cet article est le fait que, l’année dernière, ce scientifique de Johns Hopkins a modélisé ce qui se passerait si un coronavirus mortel atteignait une échelle pandémique.

Une nouvelle que nous avons trouvé sur businessinsider.fr et que nous devions partager avec vous !

Son scénario simulé prévoyait que 65 millions de personnes pourraient mourir en 18 mois.

Il faut savoir que les coronavirus affectent généralement les voies respiratoires et peuvent entraîner des maladies comme la pneumonie ou le rhume.
Un coronavirus était également responsable de l’épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère en Chine, qui a touché environ 8 000 personnes et en a tué 774 au début des années 2000.

Toner déclarera :

« Je pense depuis longtemps que le virus le plus susceptible de provoquer une nouvelle pandémie serait un coronavirus.
Nous ne savons pas encore à quel point c’est contagieux. Nous savons qu’il se propage de personne à personne, mais nous ne savons pas dans quelle mesure.
Une première impression initiale est que c’est beaucoup plus doux que le SRAS. C’est donc rassurant. D’un autre côté, il peut être plus transmissible que le SRAS, du moins en milieu communautaire »

L’épidémie à Wuhan n’est pas considérée comme une pandémie, mais le virus a été signalé en Thaïlande, au Japon, en Corée du Sud, à Taiwan, au Vietnam, à Singapour et en Arabie saoudite. Les États-Unis ont signalé mardi leur premier cas: un homme d’une trentaine d’années vivant dans le comté de Snohomish à Washington, au nord de Seattle, qui a récemment visité la Chine.

Jusqu’à présent, le virus a tué 18 personnes et infecté plus de 630 personnes.

Mais le plus inquiétant encore réside dans le fait que la simulation effectuée pour envisager une hypothétique pandémie mortelle de coronavirus a suggéré qu’après six mois, presque tous les pays du monde auraient des cas de virus. En 18 mois, on recense alors pas moins de 65 millions de personnes qui pourraient mourir.


Une pandémie virale qui pourrait tuer 65 millions de personnes

La simulation de toner a imaginé un virus fictif appelé CAPS. L’analyse, réalisée dans le cadre d’une collaboration avec le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates, a examiné ce qui se passerait si une pandémie naissait dans les élevages de porcs du Brésil.

N’oublions pas que le virus de Wuhan est originaire d’un marché de fruits de mer qui vendait des animaux vivants.

Le virus dans la simulation de Toner serait résistant à tout vaccin moderne. Ce serait plus mortel que le SRAS, mais à peu près aussi facile à attraper que la grippe.

Source informations : businessinsider.fr

Laisser un commentaire