Une vente de voiture tourne mal et il se retrouve ligoté dans une forêt des Vosges en caleçon

Une voiture en sale état...
Temps de lecture : 2 minutes
0
(0)

Un homme s’est retrouvé ligoté dans une forêt des Vosges, en caleçon, tout simplement à cause d’une vente de voiture

Un trentenaire a passé un gros moment de solitude d’une heure, ligoté à un arbre et laissé en caleçon à Remiremont, dans les Vosges, après avoir été enlevé puis violenté.

Une sacrée vengeance

On apprend très vite qu’il ne s’agissait pas d’un acte gratuit, mais bel et bien d’une vengeance qui visait pourtant l’un de ses amis.
Ce dernier avait eu la malchance de croiser un acheteur un peu trop susceptible lors de la vente de sa voiture.

C’est suite à l’acquisition d’une voiture d’occasion que l’acheteur, un homme de 40 ans déjà bien connu des services de police, s’est senti lésé après avoir utilisé son nouveau véhicule.

Il décidera de se venger et recourra à une méthode particulière pour faire savoir qu’il est plutôt mécontent de son achat.

Le 5 janvier, il charge deux jeunes complices de lui ramener ce fameux vendeur.
Malheureusement pour les petites frappes et le commanditaire, celui-ci avait quitté la commune depuis quelque temps déjà.

Cela ne freinera pas les jeunes qui mettront la main sur l’un de ses amis.

Ils le contraignent alors à les suivre dans un appartement.
L’acheteur toujours mécontent et présent sur les lieux, aidé de ses compères, commenceront par l’intimider, puis à passer à l’étape au-dessus en le frappant à plusieurs reprises.


Ficelé dans la forêt

Ils traîneront ensuite leur prisonnier dans la forêt, située à quelques centaines de mètres de là où ils étaient.
Les trois malfrats se mettent alors à le déshabiller, le déchausser et lui voleront ses papiers.

Après avoir cassé son téléphone, ils l’attacheront alors à un arbre et le laisseront là, seul et attaché.

L’homme de 33 ans réussit cependant à se libérer de ses liens au bout d’une heure et se précipitera vers un parking situé à proximité.

Sur place, il croise deux randonneurs à qui il raconte ses mésaventures et qui l’aideront à se sortir de cette mauvaise passe.

Il a bien évidemment porté plainte et, tout juste dix jours après le début des investigations, les enquêteurs ont interpellé cinq personnes.

Deux d’entre elles ont très vite été innocentées alors que les trois autres nient les faits.

Cependant, une source policière explique que l’alibi qu’ils donnent ne tient absolument pas la route et que cela ne les empêchera pas d’être mis en examen le 17 janvier, juste avant d’être placés en détention provisoire.

Qu’est-ce qu’en pense Grumpy Séraphin ? (c) Adipson

Illustration : Grumpy Séraphin par Adipson

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez-ici pour la noter !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire