Voici pourquoi le gouvernement veut faire revenir tous les élèves en classe le 22 juin

Temps de lecture : 2 minutes

Emmanuel Macron a annoncé dimanche 14 juin 2020 que les écoles et collèges rouvriront pour tous à partir du 22 juin, avec une présence « obligatoire »




Le président de la République Emmanuel Macron, lors d’une allocution faisant le point sur le déconfinement, laisse une partie des français interrogatifs sur sa directive d’imposer deux semaines de classe aux élèves, juste avant les vacances d’été. Il déclarera :

Dès demain (lundi 15 juin) en Hexagone comme en outre-mer, les crèches, les écoles, les collèges se préparent à accueillir à partir du 22 juin tous les élèves de manière obligatoire et selon les règles de présence normales.

Voici une décision qui était bien évidemment très attendue et  souhaitée par le ministre de l’Éducation qui, alors qu’il était interrogé sur RTL quelques jours auparavant, se montrait satisfait de l’allégement des règles sanitaires dans les écoles et les collèges. Il faut bien prendre en compte que seul cet allégement du protocole sanitaire permet un retour plus massif des élèves en classe.

De nombreuses questions suite à l’annonce

Dès la fin de son allocution, plusieurs questions se posent alors la suite de cette annonce et c’est le journal 20minutes.fr qui nous apportera un semblant de réponse.
La première, étant la plus logique, est de comprendre pourquoi le gouvernement renvoi tous les élèves en classe pour seulement deux semaines ?

La réponse est simple. On sait que selon les derniers chiffres du ministère 50 % des élèves ont pu retourner à l’école depuis le déconfinement. Cependant, cela se résumait à parfois à une seule journée par semaine alors que dans le secondaire,  30 % des collégiens ont repris, le plus souvent partiellement.

Les élèves reprenant jusqu’alors sur le principe du volontariat, il faut bien avouer que ce ne sont pas forcément ceux qui en avaient le plus besoin scolairement qui sont revenus.
Mais la donne change à partir du 22 juin, et les parents n’auront pas d’autres choix que de les remettre à l’école ou pas.
Et à cette occasion, Jean-Michel Blanquer explique ce lundi 15 juin sur Europe 1 :

Deux semaines, ce n’est pas rien, tant sur le plan pédagogique que sur le plan psychologique.

Il faut bien avouer que  l’intérêt pédagogique de faire revenir les élèves pour deux semaines est faible. Mais ce retour pourra certainement leur apporter des effets positifs sur le plan personnel selon l’entourage du ministre de l’Education qui indiquera au journal 20 Minutes dimanche soir :



Laisser un commentaire